Acne Le plus sournois ennemi

Acne le plus sournois ennemi de votre jeunesse

Acne Le plus sournois ennemi

Acne Le plus sournois ennemi

Ce n’est trahir aucun secret que de révéler cette scène vécu de plus en plus fréquemment, à l’heure actuelle par le pharmacien d’une grande ville :

Parmi sa clientèle, voici une jeune femme qui dissimule sous d’immenses lunettes noires le haute de son visage tandis que le bas se trouve masqué par les plis d’une écharpe minutieusement drapée. Elle s’approche du praticien qu’elle interroge d’une façon anxieuse : « Dites-mois, ces petits boutons qui sont apparus sur mon front il y a quelque temps et qui maintenant se multiplient sur les joues, aux ailes du nez et jusqu’au menton, cela doit être grave ? Je ne peux plus supporter cet état qui me vieillit, me rend nerveuse, irritable et même insociable pour mon entourage ! »

Acheter les vêtements !!  – WooWho-Vintage Notre boutique sur Ebay

Un premier coup d’œil indique, en effet, un visage fortement marqué par de petites inflammations, un grain de peu d’autant plus granuleux qu’il est encore accentué par une couche trop épaisse de fard destiné à le masquer, un épiderme séborrhéique taché de comédons et de points noirs. Un examen plus poussé permet sans hésitation, ce diagnostic catégorique : attaque d’acné !

Acne le plus sournois ennemi de votre jeunesse – Une « disgrâce » a double face

Tout le monde semble savoir ce qu’est l’acné, tend à la considérer comme une simple disgrâce, en sourit d’indifférence, en parle même avec légèreté… à condition, bien entendu, de n’en être pas atteint.

Acne Le plus sournois ennemi

Acne Le plus sournois ennemi

On ignore totalement que cette « disgrâce » peut avoir une double répercussion.

Car si l’acné est une des affections épidermiques les plus bénignes, il faut cependant savoir, d’une part, qu’elle laisse – dans les cas très prononcés- des traces cicatricielles sur le visage, et , d’autre par, que psychiquement elle implante toujours sur le caractère – même dans les cas courants- des empreintes encore plus importantes, allant souvent jusqu’à créer de véritables complexes.

Acne le plus sournois ennemi de votre jeunesse – Le point de vue du médecin

En vérité, de nombreuses observations cliniques permettent aujourd’hui de considérer l’acné comme une réelle maladie.

Acne Le plus sournois ennemi

Acne Le plus sournois ennemi

En voici les trois raisons principales :

Ses symptômes apparents résultent souvent de troubles profonds, endocriniens en particulier ;
Les cicatrices laissées par une attaque d’acné ainsi que les complexes psychiques qui en résultent engendrent une vraie souffrance tout à fait capable de faire le malheur d’une vie ;
Son « mécanisme » de formation, succinctement, est le suivant : au fond des pores de la peau, à la base des pois, se trouvent les glandes qui sécrètent le sébum. Ce dernier, dans certains cas est trop abondant et, ne pouvant s’écouler comme à l’habitude, engorge le pore. D’où compression interne, laquelle se traduit à la longue par un comédon qui noircit en s’oxydant au contact de l’air et fait apparaître… un point noir. A ce stade, la glande s’enflamme ainsi que l’épiderme qui constamment irrité, offre un terrain de prédilection à l’infection : c’est l’apparition du bouton d’acné qui se propage rapidement.

Acne Le plus sournois ennemi

Acne Le plus sournois ennemi

Cette affliction bénigne d’apparence, est bien – com on le voit – maladie cutanée.

Acne le plus sournois ennemi de votre jeunesse – Le traitement médical

A l’évidence, le traitement médical de l’acné est du strict ressort du médecin.

Ce dernier tiendra compte de la rupture de l’équilibre endocrinien, du degré d’infection, etc., et prescrira des médications, généralement à base d’hormones, associées ou non à des traitements anti-infectieux et vitaminiques.

En règle générale, ces traitements internes sont complétés par des traitements externes, tels que pommades au soufre aux sulfamides ou aux antibiotiques, radiothérapie superficielle, voire peeling plus ou moins profond pratiqué à l’aide de pommade résorcinée.

Acne le plus sournois ennemi de votre jeunesse – Le traitement esthétique

Il faut reconnaître que, malheureusement, tous ces soins n’empêchent pas que chaque bouton acnéique laisse une marque cicatricielle qui, jusqu’à une époque récente, était trop souvent définitive.

Heureusement, au cours de ces dernières années, des recherches scientifiques poursuivies par un groupe de cosmétologues – lesquels les poussèrent même jusqu’à pratiquer des tests dans les hôpitaux – ont conduit ces chercheurs à sélectionner certains substances tirées de la nature exclusivement, donc ni chimiques ni médicamenteuses, et à en extraire des principes actifs naturels.

Ces derniers, incorporés à un produit de beauté : la «  crème de jouvence », agissent, par une action encore incomplètement précisée, en profondeur sur la cellule hypodermique, dans des conditions telles qu’on est parvenu à obtenir un épiderme esthétiquement irréprochable dans tous les cas, même ceux de vieillissement cutané, et à créer ainsi une méthode nouvelle pour la jeunesse de l’épiderme et pour la beauté du visage.

En ce qui concerne l’acné, il suffit alors – sans rien changer au traitement médical- de compléter celui-ci par le traitement cosmétologique au moyen de la crème de jouvence, traiement chaegé à la fois d’éviter ou d’effacer progressivement toutes les marques de cicatrices et de redonner à l’épiderme son apparence et sa vigueur normales.

Acne le plus sournois ennemi de votre jeunesse – Double regle d’action

Il ya lieu de ne jamais perdre de vue que le produit cosmétologique mis au point par les Laboratoires Jean Richards n’a aucun pouvoir anti-infectieux. C’est pourquoi il faudra l’alterner avec les spécialités médicamenteuses.

Si, par exemple, le médecin a prescrit une application quotidienne de pommade antibiotique, c’est au moins trois heures après cette dernière qu’il faudra toucher les boutons d’acné avec la crème de jouvence.

Au contraire, lorsque l’infection sera jugulée par les médicaments, on utilisera aussitôt la crème de jouvence sur l’ensemble du visage et de toutes les parties atteintes. En même temps qu’elle effacera progressivement les traces cicatricielles acnéiques, la crème de la lanoline supprimera peu à peu les poires dilatés, la rugosité épidermique, et redonnera à la peau sa netteté naturelle.

Dans un autre ordre d’idées, pour les peaux sèches, déshydratées ou possédant des imperfections d’origine vraisemblablement peu à peu l’équilibre physiologique normal de l’épiderme.

Une conclusion se dégage de cette étude : lorsque vous êtes en présence d’une attaque d’acné, ne négligez jamais le plus sournois ennemi de votre jeunesse physique et psychique !

// Fin : Acne le plus sournois ennemi de votre jeunesse
Acne le plus sournois ennemi de votre jeunesse

Acne le plus sournois ennemi de votre jeunesse

Discuter cet article : “Acne le plus sournois ennemi de votre jeunesse” dans le forum vintage

Republished by Blog Post Promoter