Category Archives: Uncategorized

Votre fourrure vintage et son entretien

L’entretien de votre fourrure vintage

Votre fourrure vintage

Votre fourrure vintage

AVIS : L’industrie de la fourrure tue plus de 56 millions d’annimaux. Cet article et ce site ne sont pas du tout d’accord avec cette récolte sanglante. Il fauderait que les choses soient très claires, nous sommes horrifiés par la souffrance animale. Mais nous sommes également contre le gaspillage des choses y compris les animaux qui ont déjà sacrifés leurs vies pour fabriquer des fourrures. Les conseils de cet article peuvent êtres appliqués à n’importe quelle fourrure mais l’esprit est pour aider les gens à préserver leurs trouvailles. Bref achetez seulement les choses vintages

Aujourd’hui, c’est l’entretien de la fourrure vintage soit par vous même, soit par votre fourreur, qui retiendra votre attention. Traitez-la comme elle doit l’être… elle restera toujours belle

votre fourrure vintage

Votre fourrure vintage

La pluie n’abîme pas la fourrure, aussi n’avez-vous aucune crainte à voir si vous êtes surprises par le mauvais temps. Au retour, il vous suffira de secouer le vêtement mouillé puis de le lustrer, dans le sens de poils, avec une brosse en soie un peu ferme, au préalable légèrement humidifiée. Ensuite, loin de toute source de chaleur (méfiez-vous des radiateurs, conduites d’eau chaude, etc.) qui risquerait d’altérer la souplesse du cuir, laissez sécher le vêtement plusieurs heures ; la durée d’une nuit, par exemple. Enfin , une fois bien sec, celui-ci sera secoué à nouveau avant d’être suspendu dans l’armoire.

  • Ne rangez pas la fourrure dans un endroit humide. Si l’humidité n’attaque pas le poil, en revanche, elle amollit le cuir, le déforme et peut, à la longue, le faire moisir.
  • Redoutez le soleil qui est, sans nul doute, le plus grand ennemi de fourrures. Il dessèche le cuir (d’où l’origine, parfois, de fâcheuses craquelures) et surtout « ronge » les couleurs de toutes les fourrures – aussi bien des fourrures naturelles (vision, petit gris ; skunks…) qui constituent la grosse majorité que, et surtout, des fourrures teintes.
  • Suspendez le vêtement sur une cintre aux branches épaisses et arrondies, puis rangez-le à l’abri de la lumière, dans une armoire, par exemple. En effet, la clarté est particulièrement néfaste aux fourrures blanches et grises qui n’ont déjà que trop tendance à jaunir en vieillissant. Si vous possédez un linge ou un blouse hors d’usage, mais parfaitement propres, vous pouvez en recouvrir les épaules du vêtement pour le protéger de la poussière.
  • Ne vous avisez surtout pas de repasser une doubleur fripée : le cuir de la fourrure le supporterait for mal : Aussi, mieux vaut, pour cette opération, découdre la doublure.
  • Évitez le frottement du sac à main contre la fourrure.
  • Méfiez-vous aussi des parfums : ne les appliquez pas directement sur le vêtement, mais par contre, n’hésitez pas à en vaporiser sur la doublure ou encore à en imbiber de petits tampons d’ouate que vous placerez ensuite dans les poches de la veste ou du manteau.
  • Évitez le plus possible, pour de longs trajets en automobile, de porter sur vous un vêtement de fourrure : au contact du siège, du dossier et des portières, le poil se fatigue et risque de se râper plus ou moins vite selon la fourrure.

    Protégez votre fourrure vintage des mites…

elle sera aussi neuve qu’à ses premiers jours

votre fourrure vintage

Votre fourrure vintage

Hélas : dès mars, il faut songer aux mites et se prémunir sans tarder contre leurs redoutables méfaits : Voici, d’ailleurs, à ce sujet, quelque précautions élémentaires, mais toujours efficaces…

  • Tous les quinze jours, sortez la fourrure, secouez—la, puis à l’aide dune baguette flexible (du jonc, par exemple) ou d’une simple règle, tapotez-la très légèrement. En même temps que la poussière, les éventuelles larves et mites seront chassées dans la plupart de cas.
  • Si, les beaux jours venus, vous ne pouvez déposer votre fourrure en « garde frigorifique » et que celle-ci , peu portée, n’ai nul besoin d’un nettoyage préalable, vous devez, après l’avoir bien dépoussiérée, la mettre de côté dans un armoire en la recouvrant d’un housse appropriée.Bien entendu, toute housse, même en tissu, n’est pas expressément recommandée : il suffit qu’une larve soit enfermée par mégarde avec le vêtement pour que de graves ravages s’ensuivent : Cependant, malgré ces inconvénients, il ne faut pas la dédaigner. La housse en maitère plastique, protectrice dans un endroit très sec, présente quelque désavantages en atmosphère humide : hermétique, imperméable à l’air, elle provoque, tôt ou tard, une condensation qui finit par attaquer le cuir de la fourrure. Au bout d’un intervalle plus ou moin long (six mois – un an), celui-ci se dessèche, raidit et peut même parfois craqueler et se déchirer. Par contre, les housses en papier fort – type papier krafft – se révèlent, une fois bien fermées, les plu efficaces… Naturellement, avant de la refermer, il est essentiel d’y place un sachet de 50 g environ de paradichlorobenzène. Mieux vaut, d’ailleurs, acheter ce produit en granulés car les comprimés, loin d’être aussi purs, comprennent généralement 50% de paradichlorobenzène pour 50% de matières étrangères fortement parfumées.

Confiez votre fourrure vintage à votre fourreur… il lui conservera tout sa séduction

Il faut bien l’avouer : nettoyer une fourrure sale est une opération délicate, souvent difficile à réussir si l’on n’est pas expert en la matière… A tous points de vue, il est donc préfèrable de la confier au fourreur, d’autant plus que toutes les fourrures, notamment le castor au poil assez gras, exigent, en général, un dégraissage annuel. En fait, seul l’astrakan supporte de n’être nettoyé que tous les deux ans.

Avec toutes les ré&serves qui s’imposent et le soin requis, voici toutefois deux procédés entre lesquels vous pourrez choisir.

Pour nettoyer votre fourrure vintage de couleur

a) le traitement à la sciure

  • procurez-vous avant toutes choses une sciure extrêmement fine et sèche : sciure d’acajou ou d’un autre bois exotique. Méfiez-vous des sciures ordinaires provenant d’essences communes, comme le peuplier, par exemple : beaucoup trop grosses celles-ci collent entre les poils de la fourrure et s’avèrent presque impossible à enlever.
  • Ensuite, humectez très légèrement la sciure avec de la benzine ou du tétrachlorure de carbone ; pour cela, mélangez dans une cuvette un litre de sciure à un verre de diluant. (N’oubliez pas que le tétrachlorure de carbone dégage des vapeurs nocives fort dangereuses, aussi doit-il être utilisé avec infiniment de précautions ! )
  • Ce mélange une fois préparé, placez le vêtement à plat : saupoudrez et frottez vigoureusement (toujours à plat) en faisant bien pénétrer la sciure entre les poils de la fourrure. Puis, à l’aide d’une baguette, battez celle-ci pour supprimer tous vestiges de mélange.

b) le traitement au sable chaude

  • Faites chauffer une certaine quantité de sable puis frottez-en le vêtement comme ci-dessous… Sachez toutefois que le sable chaude, à l’état pur, nettoie un peu moins bien que la sciure mélangée à un diluant ; en revanche, il s’en va plus facilement et ne colle pas à la fourrure. Ce deuxième traitement semblerait donc mieux adapté à des mains inexpertes…
Votre fourrure vintage

Votre fourrure vintage

Pour nettoyer votre fourrure vintage quand elle est blanche

Il suffit d’employer du talc pur et de procéder comme pour les deux traitements précédents.

Bien entendu, il est indispensable de confier votre fourrure vintage à des professionnels :

  • La régénération de certains fourrures durcies et cassantes, ces fourrures subissant un traitement à baise d’huiles spéciales :
  • la pastellisation des fourrures grises ou blanches qui ont jauni. Ce nouveau procédé permet, en effet, de reblanchir les fourrures blanches et de redonner une jolie teinte bleutée aux fourrures grises. Il peut d’ailleurs s’appliquer deux ou trois fois à quelque années d’intervalle ;
  • la teinture de certains fourrures dont le ton à cessé de vous plaire ou qui, à l’usage, ont pris des reflets peu seyants. Le castor et le rat d’Amérique, par exemple, on tendance à rougir au bout de quelque années. Bien sûr, il est facile d’en renouveler le ton mais, naturellement, la nouvelle teinte obtenue sera toujours un peu plus foncée que le coloris original. En principe, la fourrure ne supporte qu’une seule teinture ;
  • la transformation d’un manteau usagé soit en ¾ ou en veste, soit en remplaçant les parties râpées, (col, parements, bords de poches) par une garniture de fourrure contrastante ; castor ou ragondin sur de l’ocelot, de la panthère ou du tigre ; lapin chinchilla, rat lustré, murmel ou vison sur des pelages noirs ; vison pastel sur des agneaux clairs.

Mentionnons, à ce sujet, qu’il est plus économique de faire réparer sa fourrure au printemps et en été. Dès le mois de septembre, les fourreurs surchargés augmentent leurs heures de travail et majorent, de ce fait, les travaux entrepris à cette époque.

Signalons en dernier lieu que, pour la « mise en garde » chez votre fourreur, les tarifs sont appliqués suivant un barème fixe compris entre 1 et 3% de la valeur marchande de la fourrure. Ce barème pue aussi comprendre l’assurance incendie, l’assurance vol et le dépoussiérage.

Discutez-en sur le forum vintage

// fin Votre fourrure vintage et son entretien

Republished by Blog Post Promoter

Les taches de naissance

 Les taches de naissance faut-il les faire enlever

taches de naissance

taches de naissance

Qu’elles soient couleur café au lait, fraise porto ou rubis, qu’elles glabres ou adornes de poils les taches de naissance ne manquent pas de poser très souvent des problèmes difficiles de psychologie et de traitement. Certains de ces marques, parce qu’elles sont de taille réduite ou parce qu’elles sont situées en une région sans importance esthétique, sont négligées. Il ne vient à l’idée de personne de vouloir enlever un grain de beauté. Et pourtant…

Pour éviter de nous perdre dans le fouillis des classifications dermatologiques, le plus simple est de diviser les taches de naissance ou « nævi » en deux grandes catégories : les brunes et le rouges.

Dans la première catégorie, le défaut le plus banal est le « naevus pigmentaire », plaque marron clair ou foncé, grande comme un pois ou large comme la main, mais toujours lisse sans épaississement notable de la peau. De la tache d rousseur à l’imperfection étendue, en passant par le grain de beauté, le naevus pigmentaire est là dès la naissance ou survient quand bon lui semble, surtout vers la puberté ou sous l’influence du soleil, de la grossesse ou de la ménopause.

Visitez notre boutique sur ebay woowho-vintage.com

Parfois il sera surmonté d’une touffe de cheveux et c’est alors un « naevus pileux ». Parfois il sera rugueux, bourgeonnant et on l’appellera selon son aspect « naevus verruqueux » ou « naevus tubéreux ».

La grande règle en ce qui concerne les naevi pigmentaires, qu’ils soient petits ou grands marron clair ou brun foncé, c’est de les surveiller. Tout traitement intempestif est condamnable . Seul un spécialiste est qualifié pour appliquer un traitement. Il se servira de la neige carbonique, de électrolyse, du bistouri électrique, du bistouri simple, mais c’est à lui seul à prendre cette responsabilité

Pourquoi cette surveillance et pourquoi cette prudence ? Parce que tout ce qui est tache brune peut, sans l’effet d’irritations de « soins » injustifiés, ou sans raison connue, se mettre à proliférer, a foncer, à saigner et s’acheminer vers une des formes de tumeur maligne les plus redoutables.

Conclusion : votre grain de beauté, votre plaque brune, lorsque vous consultez votre médecin, demandez-lui de temps en temps ce qu’il en pense et si tout va bien. Et dans l’immense majorité des cas il en pensera du bien.

Discuter les taches de naissance dans le forum vintage

// taches de naissance

Republished by Blog Post Promoter

De la camaraderie au flirt

De la camaraderie au flirt – Les jeunes aiment bien flirter

De la camaraderie au flirt

De la camaraderie au flirt

Rien de franc, de simple, de charmant comme la camaraderie, telle que l’entendent les meilleurs parmi les jeunes. Ils sont fières – et non sans raison – d’avoir débarrassé de la raideur conventionnelle et de la sentimentalité romanesque les relations entre filles et garçons.

Soyez une vraie « Vintie » et achetez une robe vintage !

Cette camaraderie offre d’ailleurs d’inappréciables avantages. Songez-y donc ! Que d’apports mutuels se font ainsi l’esprit masculin et l’esprit féminin ! Que d’aperçus vrais on peut avoir ainsi sur la psychologie de l’autre sexe. On s’aide efficacement au cours des études et dans l’exercice de la profession. En parlant ensemble et même jouant ensemble, il se fait des échanges d’idées précieux. On se complète, on influe l’un sur l’autre. Le jeune homme amène la jeune fille à devenir plus méthodique, plus hardie ; elle le rend plus simple, plus délicat. Et, se connaissant tout autrement que les jeunes gens d’autrefois, ils sont bien mieux préparés à la vie conjugale. Oui, cela peut être aussi agréable qu’enrichissant, la camaraderie.

Mais pourquoi glisse-t-elle si souvent et si vite vers le flirt ? Et pourquoi le flirt qui pourrait n’être qu’un badinage léger, une fantaisie claire, sans conséquence, prend-il si souvent et si vite un caractère troublant ? Pourquoi passe-t-on de la camaraderie au flirt ?

Il ne faut pas trop s’en étonner ; le cœur est toujours le cœur. Celui des jeunes serait, prétend-on, durci : un effet sans doute des difficultés de la vie, exigeant qu’on lutte dur pour se faire une place ; effet aussi des fâcheux exemples donnés pour trop d’aînés et qui incitent les jeunes au scepticisme. Leur sensibilité ainsi refoulée croit trouver dans le flirt au moyen de satisfaire le besoin d’affection qui subsiste, douloureux, au fond d’eux-mêmes. C’est pour cette raison qu’on passe de la camaraderie au flirt.

Et puis, il y a chez beaucoup de jeunes filles, l’idée que « les filles trop sérieuses ne se marient pas ». Idée fausse, ça si les flirteuses savent attirer les jeunes gens, combien de mariages malheureux se sont faits sous ce signe trompeur !

Il y a, en surplus, il faut bien le dire, les ramifications sensuelles du cœur, la recherche d’un plaisir trouble. Ce plaisir, votre conscience l’approuve-t-elle ? Croyez vous sans inconvénients ces rendez-vous, ces cachotteries, ces échanges de lettres, ces baisers, ces cadeaux qui paient trop souvent concession ? « Je suis m’arrêter à temps ». Mais, l’autre, s’arrêtera-t-il ? La pente est glissante, Et même si vous vous arrêtez là, votre jeunesse restera-t-elle vraiment une pure et fraîche et idéaliste jeunesse, prête à accueillir les beaux et difficiles devoirs de l’avenir ?

Vous pouvez discuter cet article « De la camaraderie au flirt » dans le forum vintage

Republished by Blog Post Promoter

Cousez votre première robe

Cousez votre première robe – Les manières de faire une robe

Cousez votre première robe

Cousez votre première robe

Quand vous vous lances dans la confection d’une robe, ne brûlez pas les étapes ! Si vous piquez les coutures sans avoir marqué sur le tissu tous les détails du patron, vous n’aurez aucun point de repère pour modifier la robe au moment de l’essayage. Le résultat risquerait d’être compromis.

Les débutants trouveront dans leurs patrons des explications détaillées, à toutes les étapes de la coupe, de l’essayage et de la confection de leur robe. Le nombre de morceaux du patron a été réduit au minimum, et chacun se reconnaît facilement. Pour empêcher toute confusion au stade de la coupe, ne couplez d’abord que les principaux. Vous couperez les revers au moment de vous en servir.

Les couturières plus expérimentées apprécieront particulièrement notre méthode, utilisée en haute couture, pour finir les encolures, les emmanchures et la fermeture du milieu du devant. Cette méthode permet de limiter les épaisseurs des coutures des tissus épais et lourds.

Cousez votre première robe

Cousez votre première robe – aimes tu ma nouvelle robe ou mon derrière ?

Suiviez point par point les explications de l’assemblage et de l’essayage de votre robe. Quand vous ferez d’autres robes, vous pourrez vous reporter aux techniques que vous avez appris. C’est par l’exercice que l’on acquiert de la compétence… C’est en forgeant que l’on devient forgeron.

Cousez votre première robe – La robe

Le style semi-ajusté de votre robe se prête à une large variété de tissus. Bien entendu la ligne de la robe dépendra du tissu utilisé comme la façon de l’orner. Voici quelque idées de variations : Si vous désirez une robe sport, employez un lainage, et surpiquez le dessus du col et la patte. Par contre vous ferez une robe habillée en utilisant de la mousseline ou de la soie. Par les grandes occasions, allongez le patron pour confectionner une robe longue du soir, en soie imprimée de couleur vive. Les leçons que vous allez apprendre vont à vous comprendre comment transformer votre première robe pour réaliser les modèles de style différents ! Croyez-moi que les couturières expérimentées pourront effectuer les modifications qu’elles désirent.

Découvrez les robes vintages prêt-à-porter dans notre boutique

Cousez votre première robe – Le choix du tissue

Voici une liste de tissus qui conviendraient aussi :

  • Coton à trame serrée. Voiles de coton, popelines et piqués.
  • Toiles pour robes. De moyenne épaisseur, unies ou brodées.
  • Tissus faits-main. Toiles faites entièrement on en partie avec des fibres acryliques ou polyester telles que le Crimplène ou le Dacron.
  • Lainages mélangés. Viyella, crèpes de laine, ou autres mélanges pour robes. Les couturières plus expérimentées pourront utiliser des tissus plus chers.
  • Soies pures et artificielles. Shantung, soies sauvages, damas et brocart.
  • Cotons. Organdis, voiles et mousselines.
  • Tissus laineux. Mousseline de laine.

On peut également réaliser une robe en . Mais avant d’acheter du jersy, vérifier en le tenant sur le poignet qu’il n’a pas tendance à être entraîné ver le bas, comme un jersy lourd. Dans ce cas, il conviendrait mieux à une robe de forme plus souple, car cette 1re robe assez structurée demande un tissu ayant plus de tenue.

Cousez votre première robe

Cousez votre première robe

Cousez votre première robe – Métrage et doublure

Les métrages de tissu et de doublure nécessaires sont indiqués sur le tableau joint aux patrons. Un lainage se double avec du bemberg ou du taffetas de rayonne, une soie avec du pongé de soie. Les doublures en triacétate ou en nylon ne sont pas assez souples pour doubler en lainage. Les cotons et les toiles se doublent avec de la popeline, les tissus faits main avec des tissus de même poids, solidité et texture. Quand le tissu de la robe est lavable, il faut acheter une doublure lavable.

Cousez votre première robe – Quelques conseils

Une fois le tissu, la doublure et les fournitures achetées, il faudra organiser son travail. Chaque étape doit suivre logiquement la précédent. Il vaut mieux ne pas trop s’arrêter mais continuer progressivement le travail jusqu’au résultat final.

Faire une jupe était une tâche simple. Mais la confection d’une robe demande plus de détails, et requiert donc davantage d’attention. Il es parfois tentant de coudre vite et sans ordre, parce qu’on est impatient de voir le résultat ; mais à travailler sans méthode, on risque vraiment de gâcher la robe.

Discuter comment couser votre première robe dans le forum

Marquer d’abord sur le tissu les contours et les détails du patron avec des bâtis point-tailleur. Bâtir les coutures ensemble, essayer la robe et faire les retouches avant de piquer les coutures seront les 3 étapes suivants, les plus importantes. Si l’on néglige ces préliminaires, la robe sera mal ajustée quand il sera trop tard pour la modifier.

Cousez votre première robe

Republished by Blog Post Promoter

L’humeur est contagieuse

Quand, dans la rue, vous voyez un attroupement, que faites-vous ? Assurément, à moins d’être très pressée vous essayez à votre tour de voir ce que le monde regarde. C’est ce qu’on appelle un mouvement de foule.

Ce mouvement cette, cette attitude, vous les créez chaque jour, sans vous en rendre compte. Bâillez, et votre entourage faite de même ; soyez irritée, et vos proches, eux aussi, mettent de l’électricité dans l’air. L’humeur est contagieuse !

Cette contagion, vous pouvez la répandre dans le bons sens ; celui de l’amabilité, celui de la bonne humeur.

Si vous me dites que vous n’avez pas la prétention, à vous seule, de changer la face du monde, je vous répondrai que l’homme, en effet, ne construit pas tout seul et que le Christ, sans les apôtres, n’aurait pas fondé son Église. Mais, tout seul, Il a d’abord donné l’exemple de la charité ; tout seul, le bâtisseur génial a d’abord dessiné l’épure de Notre-Dame ; toute seule, par une bonne humeur à toute épreuve, vous pouvez rendre aimables ceux que vous approchez. La bonne humeur fait merveille.

Dernièrement, voulant louer des places pour un concert, je m’étais pressée tout le jour pour arriver, avant 18 heures, au bureau de location. Malgré nombre de difficultés j’y arrivai fière de moi, vers 17h20. Hélas ! Derrière une grille baissée, l’employée m’annonça que le service de location fermait toujours à 17 heures.

J’étais consternée, mais que faire ? La préposée obéissait aux règlements ; d’ailleurs elle clôturait ses comptes et je la voyais additionner des chiffres… Un peu confuse, je luis dis :

– Pardon, Mademoiselle, je sais que vous êtes très occupée mais, voyez-vous, j’ai peu de temps libre… Pouvez-vous me dire simplement s’il reste un premier balcon disponible pour demain ? Dans la négative, j’éviterais un déplacement inutile, je vous en serais très reconnaissante !

Il y eut un instant de silence puis un regard à mon adresse, un dossier ouvert… un gentil sourire :

– Tenez, voici votre billet, comme cela vous ne devrez pas vous dérange demain…

Autant j’étais désolée quelque instants auparavant, autant j’étais ravie…. C’est dire avec quelle chaleur je remerciai la jeune fille.

– Vous savez, me dit-elle, on a toujours envie d’être gentil avec les gens qui le sont eux-mêmes ! Le soir, je racontai l’anecdote à une amie.

– Vous avez de la chance, s’exclama-t-elle, ce n’est pas à moi que cela arriverait ! Partout, je ne tombe que sur des employés désagréables !

Pourquoi ?…. Aimable ou morose, l’humeur est contagieuse.

Republished by Blog Post Promoter

Une education vintage

La disparation d’ une éducation vintage

Une education vintage 01

Une éducation vintage

Il est simple de mesurer statistiquement les effets d’une mauvaise alimentation, sachant qu’un enfant sur trois aux états-unis est considéré comme obèses. Mais comment calculer les effets d’un régime intellectuel malsain ?

Acheter les vêtements vintages

De nos jours, il est commun de inquiéter de ce que mangent nos enfants, sachant qu’ une bonne nutrition est importante pour un développement sain. Les effets de la malbouffe sont considérables pour un enfant. Par contre l’on ne prête pas suffisamment attention à ce dont l’esprit de nos jeunes se nourrit. Divertissement dénudé de sens au lieu de messages pertinents dominent de nos jours. Un déluge constant d’idioties influence la jeunesse. Les médias diffusent des programmes qui glorifient la stupidité et des futilités n’ayant aucune réelle importance.

Tout à l’opposé de l’ éducation vintage.

C’est ce que beaucoup appellent « poubelle intellectuelle ». La malbouffe de l’esprit est acceptée sans questions et est souvent utilisé afin d’occuper les enfants afin de soulager leurs parents surchargés par le stress et le travail. Les enfants qui s’ennuient préfèrent se divertir plutôt qu’apprendre. Aujourd’hui, dans l’ère de l’information, les connaissances véritables sont rares, et les enfants sont ensevelis par des histoires idiotes avec très peu ou aucune valeur.

Nombreux sont ceux qui dissent que lire des idioties est préférable à ne rien lire du tout. Ce raisonnement entraîne de l’indifférence envers le contenu des livres pour enfants. Plus les parents et autres consommateurs deviennent indifférents, le moins il y aura de contenu réfléchi.

La nécessité de l’ éducation vintage.

Nous devons nous demander, « qu’est-ce que ces livres apprennent à nos enfants ? ». Est-ce vraiment si important qu’il lissent que l’on ne soucie pas de ce qu’ils apprennent ? Placeriez-vous un enfant devant la télé en vous disant « Tout ce qui importe c’est qu’il y prête attention à la télé » ? Nous devons nous préoccuper de ce que nous enfants regardent et en déterminer l’importance pour le présent et le futur.

De nombreux livres entraînent les enfants à penser de manière fallacieuse ou irrationnelle. Ces livres ne présentent pas les problèmes de manière objective ou logique. À la place, une figure d’autorité indique aux jeunes quoi dire et faire. Je crois que nous devons encourager nos enfants à penser d’eux mêmes. Ceux-ci doivent êtres conscients des responsabilités de la pensée libre et exercer leur droit de s’exprimer en tant qu’individu.

Comme pour l’ éducation vintage , les médias ne sont pas les mêmes.

La nature du courant médiatique promeut un comportement absurde, qui à son tour devient la norme pour nos enfants. Au lieu de développer discipline, vocabulaire et patience ils développent égoïsme, avidité, orgueil et narcissisme.

Les enfants sont naturellement guidés à se demander qui, quoi, quand et où, mais malheureusement ne sont pas poussées à se demander pourquoi et comment. Les écoles ont tendance à privilégier la mémorisation plutôt que la stimulation intellectuelle

La situation actuelle n’a rien à avoir avec l’ éducation vintage.

Certains pourraient dire que les enfants lissent à un plus jeune âge de nos jours. Mais le niveau de lecture est en chute libre. Des études sonnent l’alarme, démontrant que les adolescents utilisent moins de 800 mots par jour et qu’ils ne connaissent en moyenne que 40 000 mots. Les livres populaires ont des phrases plus simples, moins de mots et moins longs ainsi qu’un vocabulaire réduit.

Actuellement On tend à réécrire les classiques populaires dans un langage plus simple afin d’attirer les enfants. C’est une insulte manifeste à leur intelligence. Reformuler les soi-disant mots « durs » ne leur fait que du tort. Nous sommes témoins de la dilution de la littérature pour enfants et l’amoindrissement intellectuel des futures générations. En tant que société il est de notre devoir de prendre en compte les implications que de la simplification de la littérature pour enfants. Soyons plus actifs et opposons-nous à ce mouvement plutôt que de contempler et de se dire plus tard, « encore une génération de perdue ».

Ce que nous devons faire pour faire revivre l’ éducation vintage.

A vrai dire, les attentes de la société sont faibles en ce qui concerne la jeunesse, ainsi elle fournit moins d’attention et de soutient. Les enfants d’aujourd’hui ont l’impression d’êtres impuissants, de n’avoir aucune valeur et d’êtres incapables d’achever quoi que se soit d’extraordinaire. Souvent leurs intérêts personnels sont mises de côté au profit de la prochaine tendance. La réflexion poussée est mise de côté afin de faire place aux emplois du temps chargées. L’éducation ne devrait pas être une liste de talents à acquérir les unes après les autres. L’éducation doit être appropriée à l’enfant, sa culture ainsi que sa communauté. Le système devrait intégrer la pensée analytique, la logique, et le raisonnement déductif.

Discuter une éducation vintage sur le forum vintage

// fin une éducation vintage

Republished by Blog Post Promoter

Comment être belle pour attirer votre mari

Comment être belle pour attirer votre mari  – Croyez-moi que ce n’est pas un mystère!

Comment être belle pour attirer votre mari

un beau gars et une belle femme – C’est donc un beau couple vintage et très heureux –

Connaissez-vous cette définition : « Un mari est un homme qui pour sortir, interdit à sa femme de porter une décolletée et de se maquiller – et qui, pendant la soirée regarde avec un plaisir non dissimulé les femmes décolletées et maquillées! »

« Ça pensez-vous, c’est bien vrai ! » Oui, Madame, c’est vrai, encore qu’excessif. Mais, si votre mari vous recommande ainsi d’avoir la mise discrète, ce n’est point (seulement) par jalousie prétendent être, sont souvent d’opinions contradictoires – et en particulier les maris ! S’ils admirent d’aventure quelque provocante silhouettes, c’est qu’ils sont des hommes tout simplement ! Vous-même, Madame, êtes-vous insensible au charme d’un beau gars vintage et autres sympathiques ? Tout cela, assurément,n’a aucune importance.

Mais voici que pour vous, en effet, votre mari se fait sévère : s’il pouvait, il vous vêtirait de bure ! D’un côté, remarques cela l’ennuie, car il souhaite obscurément que vous admire : cela le flatte. En revanche, il veut surtout que chacun sache bien, à vous voir, que vous êtes « une femme comme il faut ». La femme de César, n’est-ce pas, ne peut pas être soupçonnée… Or tout mari est un petit César qui ne s’avoue pas !

Ce sujet me vient à l’esprit parce que, autour de moi, j’entends beaucoup parler de la mode, J’y applaudis à deux mains : que la mode vous soit un constant souci est une bonne chose. D’abord, cela fait marcher le commerce, qui en a bien besoin ; ensuit, ce goût qu’ont les femmes d’ainsi renouveler leur apparence n’est pas autre chose qu’une forme d’art vivant. Et l’amour de l’art est le propre des sociétés harmonieuses. Mais où je m’étonne et m’inquiète, c’est quand je lis : robe à dîner, robe à danser, robe de cocktail, robe « lèche-vitrines », robe de petit soire et robe de grand soir ; manteau habillé, tailleur de tout aller, veste de « sport chic », etc… etc…

Eh bien là, Madame, je ne suis pas d’accord !

Pas du tout. Que vous vous fiassiez belle pour sortir, je le conçois et m’en réjouis. Vous souhaitez plaire, c’est féminin. Par ailleurs, vous offrez ainsi un spectacle réconfortant, dans le même temps que vous faites honneur à votre mari. Mais c’est chez vous, surtout chez vous, que vous devez tout faire pour être jolie ! Il est beaucoup plus important de séduire votre mari que d’éblouir les passants ! Or un mari ne se séduit pas une fois pour toutes mais bien tous le jours que fait le bon Dieu. Craignez, Madame de dormir sur vos lauriers : le bigoudis, les peignoirs défraîchis et le teint brouillé font plus de mal, conjugalement parlant qu’une sauce ratée ! Cela a une odeur suspecte de « toujours bon pour… » En présence de votre mari, de grâce, faites un effort. Mais si, vous avez le temps ! Il s’agit simplement de plaire à votre mari. Quand vous avez terminé votre travail, allez donc pour lui, vous faire belle ! Vous verrez comme il en sera heureusement surpris, comme il vous en sera reconnaissant, comme il sera automatiquement amené à adopter une attitude plus courtoise et plus empressée. « On a toujours, dit-on, la femme qu’on mérite. » La réciproque est vraie.

D’ailleurs, vous le savez bien !

Seulement voilà : par fatigue, par paresse, par simple négligence, on renonce à passer une autre robe, à se donner un coup de peigne, à se remettre de la poudre… Et on s’étonne, et on s’irrite parce que le mari lit son journal, sans piper mot !

C’est facile d’être belle pour attirer votre mari

« Ah ! Soupirez-vous, comme il était gentil, aux petits soins, aimable et amoureux, quand nous étions fiancés… »

Oui, Madame. Mais alors, avant l’heure du rendez-vous, combien de minutes passiez-vous, le cœur battant, devant votre miroir ? Dix, quinze vingt minutes ?….

Ce jour même, pour goûter avec lui la douceur de la soiré passez-y donc, ne serait-ce que cinq minutes…

Et si vous voulez discuter votre homme… le forum vintage est à vous

Republished by Blog Post Promoter

Une pharmacie vintage

Une pharmacie vintage dans votre potager

Une Pharmacie Vintage

Une Pharmacie Vintage

On a dit du bonheur qu’il était comme les lunettes. On le cherche souvent quand on l’a sur le nez. Moi ne pourrait-on pas en dire autant de la santé ?

Nous avons, à portée de la main, des médicaments excellents, presque gratuits, qui on fait leur prévues depuis des siècles. Mais où donc ?

Il y a une pharmacie vintage dans votre potager !

Une Pharmacie Vintage

Une Pharmacie Vintage

Presque tous nos légumes sont non seulement de sains aliments , mais des plantes médicinales d’une efficacité certain. Vous allez en juger…

AIL. – L’ail, mis en cataplasme sur un plaie suppurante a tôt fait de l’assainir. Un emplâtre d’ail haché sur un mal blanc le fait aboutir. C’est aussi un remède certain contre l’hypertension artérielle : en faire macérer 150gr dans 200 cl d’alcool à 90% et en prendre 15 gouttes par jour

Pis 25 clous, mises à bouillir dans un litre de bon vinaigre, donne le meilleur des vinaigres antiseptiques.

 Achetez les vêtements vintages!

L’ARTICHAUT. – Est le remède type des maladies de foie. On fera une décoction de ses feuilles et on en boira trois tasses par jour.

LA CAROTTE. – Donne un excellent sirop contre les enrouements : exprimez le jus de carottes bien rouges et mélangez-le à quatre parties de sucre et deux parties d’eau.

Aux enfants atteints d’impétigo (gourme) donnez 50 à 150 gr par jour de jus de carotte un peu salé. Les croûtes tomberont.

Une Pharmacie Vintage

Une Pharmacie Vintage

CELERI. – Faites cuire dans de l’eau un demi-pied de céleri, et, avec cette infusion très chaude, baignez vos engelures : elles disparaîtront rapidement.

CHOU. – Une feuille de chou, bien propre et appliquée sur une brûlure superficielle calme tout de suit la douleur. Contre les névralgies de la face, faites cuire une feuille de chou dans du lait, laissez épaissir, et poser sur la région douloureuse.

CHOU ROUGE. – Pilez dans un mortier des feuilles entières de chou rouge, et mettez-les ensuit dans un torchon pour en exprimer tout le sue. Pesez celui-ci, et mélangez-le à son poids de miel. Faites bouillir doucement, en écumant constamment, et quand le mélange n’écumera plus, vous aurez une parfaite préparation dépurative et antiscorbutique.

Une Pharmacie Vintage

Une Pharmacie Vintage

CRESSON. – On en tire un sirop reconstituant en faisant bouillir à feu doux, durant une demi-heure, 500 gr de jus de cresson de fontaine et 750 gr de sure blanc

EPINARDS. – Rien de plus « remontant » qu’un bon vin rouge additionné de feuilles crues d’épinards qu’on a laissées macérer durant une semaine.

LA LAITUE. – Voici comment préparer le meilleur des somnifères qui n’entraîne aucun trouble, aucune accoutumance : pilez dans un mortier une quantité donné de feuilles de laitue, avec moité de son poids d’eau, puis faites réduire à feu doux jusqu’à réduction au tiers du mélange. Boire au moment de se mettre au lit.

Une Pharmacie Vintage

Une Pharmacie Vintage

NAVET. – Prenez un gros navet, couplez-le en tranches, et faites-le bouillir un quarte d’heure dans un peu d’eau. Filtrez, et servez vous de cette tisane comme gargarisme dans les angines légères.

OIGNON. – Avez-vous mal aux dents ? Prenez un gros oignon, copulez en deux, et pressez-le, de façon à exprimer une moité de cuillerée à face du suc. Imbibez de ce suc un petit coton que vous introduirez dans l’oreille du côté où vous souffrez, et en penchant la tête du côté opposé. Vous éprouverez un soulagement certain… que vous mettez à à profit pour courir chez votre dentiste.

Voici la recette d’un vin d’oignons excellent dont l’action est très diurétique : faire macérer 300 gr d’oignons couplés en tranches fines dans 600 gr de vin blanc, additionné de 100 gr de miel. En boire trois petits verres par jour.

PERSIL. – Quelques feuilles de persil froissées dans les doigts et appliquées sur une piqûre d’insecte calment instantanément la douleur.

POIREAU. – Le poireau cru éclaircit la voix.

Une Pharmacie Vintage

Une Pharmacie Vintage

POMME DE TERRE. – Préparée comme suit, elle donne le meilleur des cataplasmes pour la résolution de clous et abcès : On épluche les pommes de terre crues, on en râpe finement 60 gr, qu’on délaye dans 100 gr d’eau, on porte à ébullition, et on étale cette pâte, sur une mousseline.

LE POTIRON. – Ses graines nous donnent le meilleur et le plus simple de vermifuges. On en prend, à jeun 60 gr, associés à une quantité égale de sucre en poudre, et l’on parfume ce mélange à la fleur d’oranger.

PISSENLIT. – La plante entière est recommandée comme apéritif, à condition de la manger crue et à jeun. Les malades du foie tireront un grand soulagement d’une tisane, un peu forte, faite avec les racines du pissenlit. On en prendra, à jeun, une tasse chaque matin durant deux semaines.

RADIS. – Le suc de radis rose, obtenu en pelant des radis un peu gros, est un excellent draineur du foie. On prendra, durant une semaine, une cuillerée à café avant chaque repas. Croquez à jeun des radis, si vous êtes sujet à l’urticaire

RADIS NOIR. – Le sirop obtenu en faisant fondre dans un radis noir creusé de sucre candi est un excellent remède contre la toux opiniâtre, et parfois contre la coqueluche.

THYM. – Hachez du thym fraîchement cueilli, chauffez-le à sec dans une casserole. Mettez-les dans une gaze, et appliques-le bien chaud sur le cou en cas de torticolis.

VIGNE. – La baume de suc de vigne est bien connu en Italie. Il se recueille quand on taille la vigne. On le conserve dans un vase que l’on ferme hermétiquement, et que l’on expose au soleil le plus souvent possible. C’est un cicatrisant extraordinaire.

Une Pharmacie Vintage

Une Pharmacie Vintage

Une pharmacie vintage dans votre potager discutez-en sur notre forum

//fin : Une pharmacie vintage

Republished by Blog Post Promoter

Le Buffet Quebecois

C’est quoi le Buffet Quebecois ?

Le Buffet Quebecois

Le Buffet Quebecois

On dirait c’est un buffet « style québécois » et c’est un meuble vraiment vintage !

C’est un buffet bas à 2 tiroirs, dont les panneaux sont ornés de pointes de diamant. Ce genre de meuble était très répandu au Canada francophone où il servait le plus souvent de garde-manger. Le taquet apparent a été remplacé lorsque la serrure cessa de fonctionner.

Trouver des vêtements vintage dans notre boutique sur Ebay

Le meuble québécois a subi une double influence française puis anglaise, mais les impératifs climatiques et géographiques lui ont permis de trouver un caractère propre personnel et original.

Le Buffet Quebecois et son influence climatique.

Les premiers colons français, arrivés au Terre Neuve à partir de 1550 furent amenés à construire de petites maisons plus faciles à chauffer que les grandes et bien adaptées au climat rigoureux. L’ exiguïté relative des pièces imposa des contraintes au mobilier qui est moins imposant que celui de style français. On trouve beaucoup de meubles ingénieux, fonctionnels, souvent pliants comme des bancs qui sont également des lits d’appoint, des tables fauteuil (comme il en existe en Savoie où les nécessités climatiques sont comparables), et de nombreuses encoignures.

Le Buffet Quebecois et son influence géographique

C’est dans l’essence des bois qu l’on ressent l’influence géographique ; beaucoup de meubles ont été fabriqués en pin qui abondaient dans les forêts Canadienne, en merisier et en jeune noyer. Après 1770, la mode très en vogue en France et en Angleterre des bois exotiques comme l’acajou est peu suivie car ces essences d’importation sont très onéreuses. Par contre les premiers Québécois utilisent les écorces de frêne et d’orme bouillies pour tresser des fonds de chaises et de fauteuils qui sont typiquement canadiens.

Le Buffet Quebecois et l’influence française

Cherchant à recréer l’ambiance de leur pays d’origine, les premiers colons français fabriquent des meubles de style Louis XIII copiés sur ceux qu’ils ont pu faire venir de France. La décoration en pointes de diamant, losanges ou galettes est typique de l’influence Louis XIII mais le dessin et la sculpture sont simplifiés. C’est au alentours de 1750-1760 que le style Louis XV est introduit au Québec. De nombreux meubles sont de curieux mélanges de Louis XV et de Louis XIII simplifiés. Le Louis XV seul, lui, s’est en quelque sorte « rusticisé » pour créer de beaux meubles pleins de charme mais d’apparence plus solide et un peu plus lourde que les meubles Louis XV français.

Aces deux grandes tendances (Louis XIII et Louis XV) s’ajoutent des influences provinciales typiques : on retrouve des motifs bretons ou béarnais sur des meubles à galettes ou à « bessants ».

Le Buffet Quebecois et son influence anglaise

Après la conquête ; les artisans anglais arrivés entre 1770 et 1780 fabriquent le type de meuble qu’ils avaient toujours connu : les styles Queen Anne, Chippendale, Adam ou Regency sont imités et parfois même se mélangent aux lignes Louis XV pour créer des meubles variés et typiquement québécois.

Le Buffet Quebecois et ses caractères propres

Le mobilier québécois, couleur de miel, a un aspect simple, robuste, témoin d’une vie difficile dans un climat rude. Les ornementations françaises (coquille ou pli de serviette en plus des pointes de diamant) et anglaises (câbles, dents-de-loup, raies de cœur ou barreaux de lits tournés dans le style victorien), sont simplifiées et s’agrémentent parfois de motifs d’inspiration indienne comme les flèches ou les stries.

Discuter le buffet quebecois dans le forum vintage

Republished by Blog Post Promoter

Valeurs Vintages un bon départ à vos enfants

Dès Valeurs Vintages un bon départ à vos enfants

Valeurs Vintages un bon départ à vos enfants

Valeurs Vintages un bon départ à vos enfants

Aujourd’hui on parle des valeurs vintages

Les spécialistes enregistrent avec anxiété un fléchissement de la moyenne intellectuelle, surtout dans les petites classes. Les pères se désintéressent trop de l’éducation (générale et scolaire) de leurs enfants. Les mères, heureusement sont plus attentives. Les jeunes, d’une façon générale, ne sont plus assez dirigés.

Dans la maison de Colette, on criait : « Où sont les enfants ? » ; on dira aujourd’hui : « Où sont les parents ? » Ils perdent la tête dans une société remuante où la jeunesse a tant « d’aplomb », écrit Jacque Chardonne dans le beau livre qu’il a publier ; Le Ciel dans la Fenêtre.

Pour des valeurs vintages la question est toujours…

Où sont les parents ? On peut présumer que la plupart sont en vacances avec leurs enfants, qu’ils ont enfin le temps de regarder vivre et dont ils ont le loisir de parler.

Car j’aime à croire que le soir, lorsque les plus jeunes dorment, assommés de plein air, il arrive à père et mère de discuter paisiblement entre eux du caractère, des études, de l’avenir de leurs garçons et filles.

Parlons-en ensemble, voulez-vous ? Cela en vaut la peine. Car le jour viendra pour vous, comme il est venu pour la plupart de ceux qui nous ont précédés sur cette planète, où vos plus profondes joies, comme vos plus profonds chagrins, vous viendront de vos enfants.

Même si, dans l’égoïsme du bel âge, vous êtes de ces hommes et femmes qui, pour « vivre leur vie », ne prêtent pas une attention assez vive aux enfants dont ils sont responsable…

Valeurs Vintages : Instables, ils n’arrivent pas à fixer leur attention

Valeurs Vintages un bon départ à vos enfants

Valeurs Vintages un bon départ à vos enfants

Jean-Victor a cinq ans. Il es fier comme Artaban depuis qu’il lit Babar à livre ouvert et qu’il écrit, tout seul, d’une grande écriture ronde et claire, des lettres à Mamy. Mais il a un cousin âgé de douze ans, passionné d’études, qui, en cette fin de matinée d’un beau dimanche, fait ses devoirs avec application. Le petit contemple le grand dessinant une carte géographique fascinante, compliquée, et il murmure d’un ton rêver, teinté d’un brin de gourmandise : « J’ai encore beaucoup de choses à apprendre… »

Je trouve cela très émouvant et même très beau : cette intelligence enfantine qui s’ouvre, toute grande, avec l’envie de prendre le monde à plein bras… Car dans le mot « apprendre », il y a « prendre » ; l’appétit d’apprendre de l’enfant est un appétit de mieux posséder, quelque chose comme un immense amour.

C’est pourquoi, parents, vous avez tort de vous affoler devant l’écran de vos ordinateurs que vos rejetons vont devoir ingurgiter jusqu’au certificat d’études ou au bachot : vous avez oublié qu’apprendre est un bonheur pour un enfant normalement constitué.

Et comme vous l’avez oublié, peut-être ne vous ingéniez-vous pas à créer à la maison le climat propice à l’étude. Or, les programmes imposent autant d’heures de travail à la maison qu’il y a d’heures de cours à l’école.

Si vous enfant ne peuvent faire leurs devoirs en pais, comprenez-vous, maintenant, pourquoi des gosses intelligents sont à la queue de leur classe ?

Le « communiqué aux familles » du proviseur d’un grande école Québécoise, à la fin du dernier trimestre, sonne l’alarme : même si le beau temps vous convie à des passe-temps plus frivoles, pour l’amour de vos enfants, lisez-le attentivement :

« … Il apparaît, surtout dans les petites classes, qu’un nombre important d’élèves, dont certains sont entrés à l’école sans examen, se montrent intellectuellement d’une extrême faiblesse… Instabilité, et même incapacité à fixer son attention, défauts caractériels divers, difficulté d’expression orale ou écrite, incapacité à effectuer de manière correcte tout travail de difficulté et de durée normales, méconnaissance des connaissances de base (français et calcul)… sont les défauts les plus signalés. J’ajourerai que l’âge des enfants est, au secondaire X… généralement plus élevé que la moyenne… »

Aux mots bien connus, « Le Français, né malin… » va-t-il falloir ajouter : « mais rendu stupide » ? car le proviseur souligne nettement la responsabilité des familles :

« Il est indispensable que le milieu familial permettre à l’enfant rentré dans sa famille après la classe d’effectuer normalement son travail d’écolier. Des secondaire 1, celui-ci nécessite douze à quinze heures hebdomadaires de travail personnel. L’élève devrait trouver dans sa famille un coin qui lui soit personnel… Il devrait surtout, pendant les deux ou trois heures qui lui sont indispensables pour son travail, se trouver loin du bruit, loin de toute agitation (par exemple, présence des jeunes frères et sœurs qui viennent le taquiner), loin de tout dérangement familial, surtout loin de la télévision et d’Internet qui troublent sans arrête et sont incompatibles avec l’effort de réflexion demandé. En bref, il faut lui donner la possibilité de s’isoler pour travailler. »

Il est, d’autre part, aussi nécessaire qu’après son travail l’élève ait la possibilité d’avoir régulièrement une nuit de neuf à dix heures de sommeil. Sur ce point, l’avis des éducateurs rejoint dans tous les cas celui des médecins. »

« Pour faire ses devoirs, j’aime mieux que l’enfant se lève tôt plutôt que de se coucher tard. Qu’il doit responsable lui-même de l’heure de son réveil : c’est une excellente discipline à acquérir. »

J’ajoute… « Il ne me sera pas possible de maintenir très longtemps au secondaire les élèves incapables, qui compromettent le travail de tous. Je demande à chacun de prendre conscience de cette situation et surtout de faire le nécessaire pour y porter remède. C’est l’avenir de l’enfant qui est en jeu. »

Comme vous le voyez, le cas est assez grave pour que nous appelions à tous les échos : « Les parents ! Où sont les parents » ?

Valeurs Vintages : Ne les laissez pas travailler avec l’Internet.

Valeurs Vintages un bon départ à vos enfants

Valeurs Vintages un bon départ à vos enfants

Cela dit qu’il a un secondaire situé dans un quartier riche où beaucoup d’enfants ont leur chambre individuelle avec un ordinateur et Internet. Un espace individuel est vitale et enviable. A ceux-là, c’est l’excès de confort qui nuit, le luxe d’Internet ou d’iPod offert en cadeau et qu’on fait marcher pendant qu’on fait marcher pendant qu’on étudie. Enfants gâtés, auxquels les parents ne savent pas dire « non », qui n’apprendront donc pas à se dire non à eux-mêmes.

Des valeurs vintages et l’Internet….

« Tous les enfants vous diront qu’ils travaillent mieux avec l’Internet. C’est faux ! Internet perturbe ses pouvoirs de concentration. L’Internet perturbe l’atmosphère de travail. »

Ces parents faibles, qui croient montrer de l’amour à leurs enfants lorsqu’ils les englobent dans le tourbillon de leur propre existence, les plaignent d’être « accablé de devoirs » ; sans concevoir que l’écolier lui, s’intéresse à ce qu’il étude, comme son père à ses affaires : l’école, sa table de travail à la maison, voilà son « bureau » à lui ; c’est là que sa personnalité s’épanouit, qu’il a de l’importance à ses propres yeux et souhaite en acquérir aux yeux de tous.

C’est lui retirer le sentiment qu’il à d’être une personne que faire ses devoirs à sa place ou de l’aider à les bâcler : « Mon pauvre petit ! Tu n’en finis pas ! Viens, je vais t’aider ! » Ce n’est pas l’enfant qui en a assez, c’est sa mère

Ne sont-elles pas touchantes ces femmes qui se mettent au latin quand leur enfant entre en secondaire ?

C’est très mauvais. Les parents ne doivent pas faire, on refaire, leurs études en même temps que leurs enfants. Cette attitude n’a qu’une valeur sentimental. Elle est charmante, mais inefficace. Ce sont ces parents-là qui parlent, à tort et à travers, de « surmenage scolaire », ce mythe, ce loup-garou avec lequel on fait perdre aux enfants le goût sain du travail, que beaucoup on t naturellement.

Les parents aisés feront donner des leçons particulières à un élève paresseux : ce n’est pas cela qui le remettra à un bon niveau ; il faut chercher les causes, souvent physiques, souvent psychologiques, de cette paresse, et y remédier.

Les leçons particulières ne sont valables qu’après une maladie, le temps de permettre à l’écolier de se ressaisir, mais jamais plus de trois mois. Ne jamais oublier la fierté qu’un enfant éprouve à faire les choses « tout seul ».

« On m’amène souvent des rebelles aux mathématiques ; ils sont rebelles non pas aux mathématiques, mais à certain façon qu’on a de les enseigner. Un autre maître réussira là où le premier a échoué. Rappelez-vous la phrase de Brain Mulrooney « Que voulez-vous que je lui apprenne ? Il ne m’aime pas ! » »

Dans les milieux moins favorisés pour l’argent et le logement autre son de cloche que nous fait entendre le proviseur d’un des lycées situé dans un quartier laborieux de Montréal.

Valeurs Vintages : Toujours le problème de la mère qui travaille.

Valeurs Vintages un bon départ à vos enfants

Valeurs Vintages un bon départ à vos enfants

Ici, presque toujours, le père et la mère travaillent. Donc, au retour du secondaire, l’enfant se trouve seul dans une maison vide. Comment exiger d’un élève de secondaire 1, un sens assez développé du devoir pour ne pas ouvrir l’ordinateur avant ses cahiers ? La plupart traînent, d’ailleurs, avant de rentrer chez eux ; ils vont dans les cafés et jouent avec leurs gadgets.

Tab. – Et l’ étude surveillée ?

Ces enfants sont déjà demi-pensionnaires. Cela fait, par jour, bien des heures d’école et leur donne des occasions bien fréquentes de se faire punir… L’enfant a besoin de sortir du secondaire de rentrer à la maison…

Tab. – Voilà donc qui pose de nouveau ce problème du travail féminin, qu’on retrouve à tous les tournants.

Il n’y a pas que la mère qui exerce un emploi rémunéré qui soit absente, vers les quatre ou cinq heures du soir… Et la femme qui doit consolider la situation de son mari par des sorties, des dîners, des thés ? Comme l’employée ou l’ouvrière, elle obéit à une nécessité. Que devient l’enfant ? Car tous, ils ont besoin d’être tenus… Heureux ceux qu’une grand-mère attend à la maison, à défaut de maman !

C’est surtout dans les milieux laborieux que surgit un autre obstacle important : la mère croit être dans son droit lorsqu’elle dérange l’enfant qui fait ses devoirs (surtout les filles) pour lui demander de mettre le couver, de courir chez l’épicier ou de laver la vaisselle. Il est évidemment bon d’habituer garçons et filles à rendre service et de les initier aux travaux ménagers, mais pour cela, il y a les vacances.

Il est également mauvais d’habituer l’enfant à se faire servir. Si vos enfant, à quinze ans, n’ont jamais fait leur lit ni ciré leurs souliers, qu’ils s’y mettent ! Il est grand temps !

Valeurs Vintages : La salle commune ne favorise pas le travail de l’enfant.

Valeurs Vintages un bon départ à vos enfants

Valeurs Vintages un bon départ à vos enfants

Enfin, trop nombreux sont les parents mal logés, donc innombrables les enfants qui sont pourchassés, à la maison, de coin de table en coin de table pendant qu’il font leurs devoirs.

Ote-toi de là, je vais mettre le couver… Ote-toi de là, je dois préparer la salade… Ote-toi de là, ton père a une lettre à écrire !

« moi, me dit un enfant à la maison, je m »appelle « Ote-toi de là »

Les modernes ou ce qu’on appelle « un coquet pavillon » dernier cri ! Si les architectes savaient le tort que ait la pièce de séjour commune ! Mieux vaudrait des pièces plus petites et cloisonnées, où l’enfant pourrait s’isoler. Comment voulez-vous qu’il travaille dans son coin, si son père, près de lui, suit un match à la TV, ou si sa mère bavarde avec une amie ? Sans parler des discussions, voire des disputes. Les parents objecteront qu’ils travaillent bien, eux, toute la journée dans un brouhaha collectif, mais, dans leur cas, le bourhaha a trait à une seule et même chose ; tandis que, pour l’enfant, sa leçon d’histoire ou de math n’a rien à voir avec tel championnat de hockey ou telle querelle de ménage. Et comme les parents, eux aussi, ont besoin de détente, qu’on ne peut donc leur imposer, après leur journée de travail, le silence radiophonique, mieux vaudrait trois petites pièces qu’une grande et une petite, à moins qu’on fasse de la petite la chambre des enfants, ce qui d’ailleurs est exceptionnel. La salle commune, ce vieux mythe, ressuscitée de nos jours, où toute distraction engendre le tintamarre, est une aberration !

Valeurs Vintages : Le surmenage : L’école n’est pas le bagne !

Valeurs Vintages un bon départ à vos enfants

Valeurs Vintages un bon départ à vos enfants

Tab. – Même les parents qui ne s’intéressent guère à leurs enfants se plaignent du surmenage scolaire, des devoirs et leçons qui ne leur laissent pas un dimanche libre…

Les valeurs vintages et le travail scolaire, ce ne sont pas les travaux forcés !

Par expérience, nous ne croyons pas ç ce fameux surmenage. Même si on voulait surmener, l’enfant ne ferait que ce dont il est capable. Celui qui passes son dimanche à faire des devoirs et à apprendre des leçons ne sait pas s’organiser. Or, cette organisation dépend essentiellement des facilités qu’il trouve à la maison. C’est l’entourage familial qui doit lui apprendre à « planifier » son travail. Sauf dans les grandes classes – et alors même exceptionnellement – l’élève peut et doit consacrer une journée au jeu et au repos.

Souvent l’enfant qui n’a jamais un dimanche libre est un scrupuleux ; à cela aussi, les parents doivent veiller.

Tab. – Et le dimanche à la campagne ?

C’est merveilleux ! Mais s’il est excellent que l’enfant drome la fenêtre ouverte, qu’on ne l’oblige pas à travailler dehors, près de la famille qui bavarde, hanté par le ballon des petits frères et par le vent qui éparpille ses feuillets. Une table devant une fenêtre : l’enfant aura de l’air et du calme.
Il faut une courte détente à l’enfante entre l’école et le travail du soir. Rentrer à pied à la maison est une excellente habitude.
Les parents ne viennent nous voir que lorsque quelque chose ne va décidément pas, alors que des contacts plus fréquents seraient avantageux.

Les pères sont de plus en plus défaillants. Les mères sont meilleures éducatrices. Ce sont elles qui détiennent la véritable autorité de la faille. Ce sont surtout les mères qui vont voir les professeurs ou consulter le médecin spécialiste. Quand je vois un père et une mère venir ensemble, c’est toujours un très beau ménage, appoint primordial pour tirer l’enfant d’affaire.

Un enfant dont les parents s’entendent mal est presque toujours un mauvais élève. De même, un enfant sans père. Et les querelles de ménage, à propos de l’autorité sur les enfants ! Des parents qui s’alarment au premier malaise de leurs enfants, leur administrent régulièrement ce poins violent…

Un ménage a envie d’avoir des enfants, c’est normal, mais si on est mal logé, si la situation est précaire, lorsque arrive cet enfant désiré, on ne lui fait pas sa place légitime, sa place à lui : con le case tant bien que mal, en marge… Plus de parents qu’on ne le croit – et qui croient pourtant adorer leurs enfants – supportent avec impatiences les dérangements qu’ils leur causent.. Cela faute d’une bonne méthode, instaurée une fois pour toutes.

Valeurs Vintages : La vie familiale exige le respecte des conventions

 

Valeurs Vintages un bon départ à vos enfants

Valeurs Vintages un bon départ à vos enfants

J’en étais là de mon article, fort absorbée, lorsque j’entendis dans l’escalier des pas et, à la porte de mon bureau, deux coups hésitants ; j’avais reconnu la prudent approche de l’un de mes filles : car on ne dérange pas Maman comme ça, quand cliquette son ordinateur. Normalement, j’aurais bougonné ; mais le moyen de ne pas faire « sa place » à ce petite fille, après avoir relevé le propos, les conseils du corps enseignant et du corps médical ?

Organisation qui, de tous temps, à la maison, réglementa les rapports entre parents et enfants. La base en était le respect mutuel.
Père et mère avaient appris aux enfants à respecter leur espace vital, le bureau où ils travaillaient, le salon où ils recevaient des amis. En échange, les parents respectaient l’espace vital des enfants, la salle où ils jouaient ou faisaient leurs devoirs. (Les choses étaient simplifiées du fait qu’il n’y avait qu’un an de différence entre mes trois enfants, leur rythme de vie était donc le même.)

Dans la journée, ils avaient « leur place, » bonne, chaude, qui leur était entièrement consacrée ; en semaine, le déjeuner où ils avaient la parole, et un moment avant le dîner ; beaucoup plus de temps le jeudi et pendant le week-end à la campagne. C’est peu ? L’envahissement de nos obligations ne nous permettait pas davantage, mais ils savaient que ces moments-là étaient à eux, uniquement, qu’ils avaient alors notre attention complète, qu’ils pouvaient nous raconter, à loisir, leurs petites affaires. Ce sentiment de sécurité, de prépondérance, même limitée dans le temps, est très important pour l’enfant. Combien de mères, qui pourtant ne les quittent pas de la journée, ne leur accordent jamais cette complète disponibilité !

Au plaisir des enfants se mêlait une très grande fierté : celle d’être admis dans le bureau de Papa, d’écouter ses CDs, de regardes ses livres, en particulier ceux qui étaient pleins des plus belles images du monde.

Valeurs Vintages : Aux Questions des enfants il faut toujours répondre

Valeurs Vintages un bon départ à vos enfants

Valeurs Vintages un bon départ à vos enfants

Il faut toujours leur répondre, mais en les contraignant à utiliser leur esprit d’observation et leur intelligence, par exemple : si un garçon demande comment marchent le téléphone, la radio, qu’il fasse vibrer un verre. « Le téléphone, c’est une plaque qui en vibrant, en fait vibrer une autre. La voix vibre donc ? Qu’il appuie son doigt sur son gosier : il le sentira vibrer. »

Ne jamais refuser de répondre si la question tombe à un mauvais moment, mais lui dire gentiment : «  tout à l’heure, après déjeuner… » Alors, s’il a oublié, lui rappeler qu’on a quelque chose d’intéressant à lui raconter.

Ne jamais répondre n’importe quoi : l’enfant sent qu’on lui ment.

Si on ne sait que dire : consulter un dictionnaire, ou un livre, devant lui, avec lui.

Ces question des enfants deviennent, aujourd’hui un cauchemar pour bien des parents, car de la bombe atomique aux fus »es ers la lune, il faut bien de la science…. Heureusement, ceux qui interrogent sur ces sujets compliqués sont déjç assez grands pour qu’on puisse leur donner à lire des articles de vulgarisation à la portée de lecteurs dénués de toute préparation scientifique. Un enfant de douze ans s’y intéresses déjà… Gardez ces articles afin de les avoir à portée de la main, le cas échéant. Mais renouvelez souvent votre documentation:t tout cela fait de si rapides progrès…

Valeurs Vintages : Le monde va vite…

Valeurs Vintages un bon départ à vos enfants

Valeurs Vintages un bon départ à vos enfants

C’est lci l’écueil, pour les parents. Un écueil et un bien ; car peut-être comprendront-ils ainsi que leurs enfants, leurs enfants à eux, sont aussi les enfants d’un univers qui les dépasse et leur échappe.

Qu’ls n’essaient pas de les enfermer dans le cercle étroit de leur monde à eux, mais qu’ils charpentent leur caractère, qu’ils équilibrent leur sensibilité et leur intelligence, afin que ceux-ci évoluent sans crainte et sans dommage dans notre civilisation périlleuse. Enfin, leur donner une méthode de pensée et de travail qui rende profitables toutes leurs curiosités et leur permette de s’adapter à n’importe quel métier.

Ainsi, nous avons parlé de l’Internet, cause de distractions néfastes, à l’heure des devoirs. On tiendra d’autant mieux que l’enfant ne regarde pas l’Internet sans permission – donc excellent discipline du caractère – qu’on sera le premier à dire : « Si tu as fini tes devoirs à telle heure, tu pourras jouer sur Internet. » Si les devoirs ne sont pas terminés, et bien faits, tenir ferme : la fois suivante, cela ira tout seul.

Ils se sentiront bien à la maison si jamais vous ne jetez une douche froide sur leurs enthousiasmes – même et surtout s’ils vous semblent enfantins – si votre optimisme conscient soutient leur optimisme inné. Ne tremblez pas pour eux à la veille des examens, mais communiques-leur le calme qui engendre la présence d’esprit, la réussite.

On parle d’amour filial : j’avoue tenir presque davantage à l’amitié de mes enfants. Quant à eux, tels qu’ils sont devenus, passés plusieurs caps des tempêtes, s’ils n’étaient mes fils, ma fille, je les choisirais pour en faire mes amis.

Bref les valeurs vintages sont toujours corrects

Discuter cet article ( Valeurs Vintages un bon départ à vos enfants ) dans le forum vintage

// Valeurs Vintages un bon départ à vos enfants (discourse: valeurs vintages)

Republished by Blog Post Promoter