imagination reine du monde

C’est quoi le plus important dans la vie? l’ imagination reine du monde!

imagination reine du monde

L’ imagination reine du monde

On parlait récemment, dans un groupe du pouvoir de l’imagination et la conclusion fut qu’elle était nécessaire aussi bien pour les arts que pour les sciences, qu’aucun progrès ne pouvait être fait sans elle, qu’on lui devait les plus belles ouvres de l’humanité.

Acheter des vêtements vintage dans notre boutique eBay

Sans remontrer bien haut dans l’histoire des lettres et de la musique, l’on cita Théophile Gautier écrivant son Roman ce la Momie après avoir admiré dans un musée un sarcophage ; Léo Delibes composant Lakmé après avoir caressé amoureusement de ses mains un coffret hindou ; quant au rôle de l’imagination ou laboratoire, je rappelais la réponse que m’avait faite un jour l’illustre Émile Rouz à l’institut Pasteur ; « Il faut autant d’imagination au savant pour faire une découverte qu’au musicien pour écrire une sonate. »

L’ imagination reine du monde même pour la pomme de Newton

On évoqua maints autres exemples ; la pomme de Newton, le crane de Cuvier, chacun voulant avoir raison, ce qui fut naturellement la cause de bien des propos déraisonnables.  C’est alors qu’un auditeur, qui jusque-là s’était tu, prit la parole parce qu’on ne la lui donnait pas, et une fois solidement établi contre une cheminée vide de toute flamme, commença sans passion à philosopher tout haut.

Viola bien de belles paroles, déclara-t-il ; excusez-moi de ne pas m’élever aussi haut ; il ne me plaît pas, en ce moment, de grimper jusqu’à vos sommets.  Restons, si vous voulez, sur cette terre – qui n’ai pourtant pas beaucoup d’agrément – au ras du soi, comme les pas des hommes. »

Pourquoi cantonner le pouvoir de l’imagination au savant et à l’artiste ? Il en faut à chaque homme pour dormir, boire et manger surtout, car l’imagination n’a pas seulement pour effet de nous faire oublier notre condition, elle a la vertu de changer atmosphère que nous respirons, les mets que nous absorbons, de les rendre lourds ou digestifs ; c’est elle qui les fait passer.  Peut-on ne parler que du musicien et du romancier ?  Sont-ils donc, les seuls à user de l’imagination dans leurs œuvres ?  Pourquoi n’y pas joindre la ménagère ou le cuisinier, personnalités moins en vue, mais qui méritent, à mon sens, d’être louées comme eux parce qu’ils emploient autant d’imagination, plus peut-être, en tout cas d’une autre sorte, pour nous faire vivre ?  La préparation de la nourriture, la cuisine en un mot, ne devrait-elle pas être considérée en ce moment comme un des beaux-arts ?

L’ imagination reine du monde mais il faut reconnaître que notre philosophe n’avait pas tort.

imagination reine du monde

L’ imagination reine du monde

C’est aujourd’hui que le cuisinier doit faire preuve d’imagination.

Le grand Escoffier nous racontait, un jour, que dans un restaurant dont il était le chef et le maître incontesté, Coquelin aîné lui avait fait la recommandation suivante : « Vous me servirez tout ce que vous voudrez, Escoffier, tout, excepté des oignons ; je ne peux souffrir l’oignon.  C’est entendu ? – Oui, monsieur Coquelin. »  Est-il besoin de dire qu’à partir de cette minute Escoffier n’eut plus qu’une pensée ; faire manger à Coquelin cet oignon exécré ?  C’est ce qui arriva.  Au cours d’un déjeuner qui réunissait alors des gastronomes de qualité, le cuisinier fit servir à l’ennemi des oignons un onctueuse doré et d’un goût exquis.  Coquelin appela le chef pour lui faire des éloges. « Qu’est-ce que c’est ? C’est tout simplement merveilleux, Escoffier – Mais, c’est un oignon, monsieur Coquelin ! – Impossible, je l’aurais reconnu ! – C’est pourtant un oignon ! – Eh bien ! Dit le comédien vaincu, je vous en redemanderai »

l’ imagination reine du monde et voilà pour une cuisiner la véritable- victoire

Se servir des produits les plus communs, les plus dédaignés, les plus suspects même et les transformer par la préparation, par la cuisson, au point que les meilleurs gourmets – dont nous ne sommes pas – ne les reconnaissent plus, que les estomacs les plus capricieux s’en accommodent et les digèrent.  Car les cuisiniers ne sont pas les seuls ) faire usage de leur imagination ; leurs clients devaient également y faire appel pour trouver du plaisir à ce qu’il mangent… surtout quand ce qu’ils mangent n’est pas fameux.

La « folle de logis » est nécessaire à tous, parce que si nous lui devons nos douleurs, qu’elle exagère, nous lui devons aussi nos joies, qu’elle amplifie.

Discuter cet article l’« imagination reine du monde » dans le forum vintage

//l’ imagination reine du monde

Republished by Blog Post Promoter