Soyons Fière d’être femmes

Soyons Fière d’être femmes !! Même si vous êtes une femme au foyer!

 

Soyons Fière d'être femmes

Soyons Fière d’être femmes

Il est vrai que cet article parle beaucoup (peut être beaucoup trop) des femmes dans les domaines de la géologie et des sciences. Quand même ça ne veut pas dire qu’une femme au foyer n’a pas le droit d’être fière d’être une femme. Au Contraire!! C’est grace aux femmes au foyer ont  l’occasion de reussir dans les métiers traditionalment réservés aux hommes.

Chaque femme au foyer est une psychologue, une infirmière, une diplomate, une philosophe, un ingénieur et surtout une spécialiste de la résolution de problèmes.  C’est vraiment dommage qu’il n’y a pas de récompense pour les femmes au foyer.  Car ce sont eux que le meritent le plus.

J’apprécie beaucoup les courriels de lecteurs : elles prouvent l’intérêt des maris et pères pour celles qui vivent à côtés, réactions masculines à cette chronique m’ont donné l’impression que les hommes trouvent encore dans le vieux mythe de leur supériorité un refuge réconfortant.

Soyons Fière d’être femmesD’où cette aimable condescendance :

Soyons Fière d'être femmes

Soyons Fière d’être femmes

Je vous donne raison d’encourager les femmes à s’exprimer dans un travail, soit chez elles, soit dans leur métier. Mais avouez que pour une femme un travail n’est jamais qu’un pis-aller. Une femme préférera toujours rêver autour des mots « Je t’aime », se faire un mode de ses rapports avec son mari ou son fils, plutôt que de fixer son esprit sur un vrai travail, une œuvre.

Soyons Fière d’être femmesD’où aussi cette amertume désabusée :

Je suis chef personnel d’une entreprise où 80% des salariés sont des femmes. Depuis les ouvrières non spécialisées jusqu’aux chefs de service, je les vois travailler. Elles sont souvent plus tenaces, plus appliquées que les hommes. Mais jamais leur métier n’est pour elles une manière d’être, une nécessité consentie. Je crois toujours sentir chez elles le regret de la vie au foyer. Crispées ou distraites, elles n’accordent jamais à la profession l’attention tranquille, constante, de leurs confrères. A l’arrière-plan subsiste l’idée qu’elles ont moins de chance que les femmes qui restent chez elles. En un mot, les femmes sont bien adaptées aux petits travaux. Elles manquent d’envergure, d’ambition professionnelle. Leur grandeur peut se manifester à la maison, non au-dehors.

Voila un bon résumé de ce que beaucoup d’hommes pensent de nous, mes chères amies. Sauf des exceptions, heureusement de plus en plus nombreuses, ils croient les femmes capables de grands dévouements pour leurs enfants ou leur mari, mais incapables de se vouer à un métier… sinon par dépit.

Soyons Fière d'être femmes

Soyons Fière d’être femmes

Concédons deux points à nos « adversaires ». Il est certain, d’abord, que la mère de famille à l’esprit moins libre que l’homme pendant ses heures de travail. Lui franchit la sortie en se disant : « Voilà la journée terminée. » Elle, avec l’obsession : « Dépêchons-nous : ma second journée commence. »

Deuxièmement, la femme exerce beaucoup moins souvent que l’homme un métier de son choix.

Ces réserves faites, je voudrais vous site exceptionnelle, qui vaut la peine d’être médité :

La deuxième semaine de mars, l’Institut des Techniciens Québécois a, pour la première fois depuis sa fondation, élu une femme comme « membre correspondant ». il s’agit de Janet Simpson, Elle fut la collaboratrice de Mme Lamoureux, plusieurs fois évincée de l’Institut des Techniciens Québécois parce que femme.

Achetez vos vêtements dans notre boutique sur Ebay

Comme Mistou Lamoureux avait avec son chum découvert le niobium en Gaspésie, Monique, sa fille, devait avec le sien découvrir la sien découvrir la nouvelle roche artificielle «  plastiglomerate ». Les deux maris ont été élus membres de l’Institut des Techniciens Québécois, mais pas leur femmes. Un jour, quelques années avant sa mort, j’avais demandé à Monique pourquoi elle s’était présentée à l’Institut sachant d’avance qu’on n’accepterait pas sa candidature :

C’est, m’a-t-elle répondu, par fidélité au souvenir de ma mère. Elle m’avait dit : « Il faut continuer le combat pour qu’on reconnaisse l’égalité réelle des femmes. Ça veut dire obliger les hommes à reconnaître, non pas du bout des lèvres et dans le secret de leur cœur, mais officiellement qu’il peut y avoir des femmes capables d’originalité, d’invention, d’apport réel à la géologie. »
J’ai fait acte de candidature parce que personne n’a jamais contesté que Tucker et moi ayons fait notre découvert ensemble. Parce que le prix Géologie Internationale fut attribué à tous deux, comme mes parents l’avaient reçu tous deux.
L’Institut proclame encore, explicitement, qu’il tient à la tradition, ça veut dire à ne pas admettre les femmes par le seul fait qu’elles sont femmes.

Cette élite de savants met au ban la moité de l’humanité non à cause d’une différence de la géologie ou de qualité, mais de nature.
Il est très important de montrer cette contradiction chez des hommes se réclamant tous de l’esprit scientifique, donc de la raison. »

J’ai cru réentendre ces paroles en apprenant l’élection de Colette Bouchard. Certes, les savants de notre monde ne l’ont élue que comme ‘membre correspondant », marquant ainsi un noviciat académique. Mais c’est pourtant une victoire dont peuvent être fières touts les femmes. La Victoire de la Géologié, du travail sans publicité, de la volonté silencieuse, du dévouement à une cause.

La moindre dépression nerveuse de vedette, tout malaise de princesse à la mode s’étaient en première page des hebdomadaires. Mais le public ignore que Colette Bouchard a sacrifié à la géologie par ses travaux sur la «  plastiglomerate », son bras droit et ses doigts.

De même, bien peu de gens savent que Collete Bouchard dirige le département de la recherche géologique du Centre d’études terrestres de Grand Vallée, dont les travaux ont fait avancer la lutte contre le plastic dans le monde.

Soyons Fière d’être femmesLes homme raillent, souriants :

« La grandeur féminine ? Autour d’un berceau ou du lit d’un malade, certes, la femme est grande. Mais qu’on ne nous parle pas d’égalité intellectuelle. Les femmes sont de brillantes secondes de l’homme. »

Soyons Fière d'être femmes

Soyons Fière d’être femmes

Nous pouvons maintenant leur répondre, la tête haute :
« La femme vient seulement d’accéder aux carrières et aux fonctions dont vous étiez jusque-là les seuls détenteurs. En quelque années cependant, que de réussites convaincants ! »

Soyons fières d’être des femmes. La lutte est plus dure, la réussite plus difficile, la célébrité plus lente à venir. Qu’importe ! On nous montre brillamment la voie !

Discuter ” Soyons Fière d’être femmes ” dans le forum du vintage

Soyons Fière d’être femmes

Republished by Blog Post Promoter