Geneviève Bujold

Issue d’une famille canadienne catholique, d’origine irlandaise et française, Geneviève Bujold est la fille de Laurette (née Cavanagh) et de Joseph Firmin Bujold, opérateur de bus dans les transports publics de Montréal. Elle reçoit une éducation stricte au couvent pendant douze ans avant d’entrer au Conservatoire d’art dramatique de Montréal. Elle débute au théâtre dans le rôle de Rosine du Barbier de Séville.

En 1965, lors d’une tournée du Théâtre du Rideau Vert à Paris, elle est remarquée par le réalisateur Alain Resnais, qui lui offre un rôle dans son film La guerre est finie, aux côtés de Yves Montand. L’année suivante, elle tourne deux autres films : Le Roi de cœur de Philippe de Broca, avec Alan Bates, et Le Voleur de Louis Malle, avec Jean-Paul Belmondo.

Retournée au Canada, elle épouse le réalisateur Paul Almond en 1967, de qui elle a un fils, Matthew (né en 1968). Elle paraît successivement dans trois de ses films : Isabel (1968), Acte du cœur (The Act of the Heart, 1970), et Journey (1972). Le couple divorce en 1973, mais travaille de nouveau ensemble dans Le Dernier Reportage (Final Assignment, 1980) et The Dance Goes on (1992).

Elle joue dans Entre la mer et l’eau douce (1967), film de Michel Brault, ainsi que Kamouraska (1973), film de Claude Jutra, d’après le roman d’Anne Hébert, qui lui vaut le prix Etrog de la meilleure actrice au Festival du film canadien (aujourd’hui Prix Génie).

En 1969, c’est dans le film Anne des mille jours (Anne of the Thousand Days) de Charles Jarrott, aux côtés de Richard Burton, qu’elle devient une vedette internationale. Son interprétation lui vaut en 1970 un Golden Globe de la meilleure actrice dans un film dramatique, ainsi qu’une nomination pour l’Oscar de la meilleure actrice. L’année suivante, elle joue le rôle de Cassandre dans Les Troyennes (The Trojan Women), film de Michael Cacoyannis, aux côtés de Katharine Hepburn, Vanessa Redgrave et Irene Papas.

Elle paraît également à la télévision canadienne et américaine, notamment dans les classiques de George Bernard Shaw, tels Saint Joan (1967) et Caesar and Cleopatra (1976), ainsi que dans Antigone de Jean Anouilh (1974).

Republished by Blog Post Promoter