Seul ou avec d’autres

À la fin de l’année universitaire 1961, trois jeunes étudiants, Denys Arcand, Denis Héroux et Stéphane Venne, décident de réaliser un film de long métrage relié aux petits à-côtés de la vie universitaire.  Une espèce d’une fiction et réalité documentaire, dans le goût du cinéma direct.

D’un style proche de la Nouvelle Vague, intégrant les avancées esthétiques du cinéma direct et du candid eye qui bouillonnent à l’Office national du film (avec l’équipe de choc que forment Brault, Carrière et Groulx), tourné avec de modestes moyens (24 000 $), rampe de lancement de personnes qui vont laisser leur marque dans la musique et le cinéma québécois, Seul ou avec d’autres est une sorte d’essai d’anthropologie culturelle sur les mœurs estudiantines.  Son titre Seul ou avec d’autres a certainement fait rire le public ciblé par les auteurs : c’était la question posée par les prêtres quand les pénitents en confession s’accusaient de «péchés d’impureté» *

C’est la rentrée à l’Université de Montréal en 1961.   Seul ou avec d’autres éclaire le fantôme de ce que fut cette université au début de la Révolution tranquille. Nonobstant les méandres scénaristiques des amours d’automne sur le campus, ce long métrage fait défiler la topographie exacte d’un ensemble alors beaucoup plus petit, où apparaissent le sociologue Guy Rocher et deux des Cyniques, Marcel Saint-Germain et Marc Laurendeau.

J’ai réussi à trouver ce film en ligne et elle est maintenant affiché dans le forum.  Où l’on peut en discuter. : http://tabarnak69.com/forum/viewtopic.php?f=30&t=232

 

 

Republished by Blog Post Promoter